Histoire

Atuatuca Tungrorum, l’appellation antique de Tongeren, était le centre administratif du district populaire (civitas) der Tungri dans le temps romain. Ces Tungri formaient une fédération administrative de quelques tribus autochtones, qui se sont opposé à l’armée d’invasion romaine de Jules César à l’époque de l’empereur Auguste (27 av. J.-C. – 14 apr. J .-C.).

 

 

Historiek frame small

Les Eburons, une des tribus indigènes, ont infligé une défaite aux légions romaines sous les ordres de leur roi Ambiorix en 54 av. J.-C. Cette bataille a eu lieu dans les environs d’Atuatuca, où les Romains ont entreposé leur quartier d’hiver. C’était un endroit encore inconnu dans le pays des Eburons.

 

Après la fondation définitive de l’autorité romaine, le nom indigène Atua(tu)ca passaient au centre de la communauté(civitas) Tungrorum. Ce hameau primitif (vicus) est situé sur un nœud routier des grandes voies de communication importantes. Celui deviendrait à travers des siècles suivants une vraie ville romaine (municipium) avec des bâtiments et rues publics et privés, entouré par un rempart monumental de la ville. La diffusion de la culture romaine avait aussi une grande influence sur le développement de la campagne environnante, où les gentlemen-farmers fortunés ont établi énormément de fermes (villas) et tertres funéraires (tumuli). Par suite des invasions continues des peuples germains dans le nord de la Gaule, la ville était équipée d’un nouveau rempart en 4ième siècle, qui était plus petit que celui-ci du 2ième siècle. Les villes jumelées Cologne et Trèves ont fait le même chose. Trèves est le centre d’un diocèse chrétien, où SS. Maternus et Servatius ont probablement établi leur siège épiscopal pendant longtemps comme premiers prêcheurs de foi.

Des exhumations archéologiques dans l’ancien centre et des nécropoles correspondants ont révélé nombreux vestiges, complété avec quelques découvertes caractéristiques de la campagne, qui donne une image animée du passé romain de la ville et de sa région. Quel rôle Tongeren a joué dans le haut Moyen âge n’est pas vraiment clair, malgré quelques découvertes rares de la période mérovingienne (5ième - 7ième siècle). C’est seulement dans la période carolingienne suivant que la ville se fait remarquer de nouveau dans l’histoire avec la construction d’une nouvelle église et la fondation d’un chapitre des chanoines. Tout cela s’est passé toujours sur la place de l’église de Notre-Dame actuelle, clairement comme continuation d’une tradition chrétienne. Dans les environs de l’église Notre-Dame se trouvait aussi la chapelle Saint-Maternus (Sint-Maternuskapel), une petite église de mémoire, et l’ancienne maison épiscopale.

 

Le centre de ces dépendances religieuses (monasterium-église conventuelle), autrefois entouré par une clôture primitive, était le point essentiel de l’urbanisation plus tard. Après la démolition de l’église cathédrale romane et la reconstruction du cloître maintenant existant, on a commencé à construire la notre Basilique Notre-Dame actuelle en style gothique en première moitié du 13ième siècle. Depuis ce temps, nouveaux quartiers commerciaux, hôtels de retraite médicalisés et des quartiers artisanaux naissaient autour de l’ancien centre ville.  Après la construction du rempart en 13ième siècle, ils étaient étendus par des différents couvents, quelques églises paroissiales et un béguinage. Tongeren, une des villes fortunées du Pays de Liège, était presque complètement brûlé en 1677 par des troupes de Louis XIV. Après, la ville rétablissait péniblement. C’est seulement après 1830 qu’on peut parler d’une vraie relance. Plus de 2 000 ans d’histoire ont laissé un patrimoine riche qui se rapporte à l’histoire de la civilisation.

© Stad Tongeren 2012       logoGreen Valley